L'acquisition de la propreté, ou du pot

Publié le par Christel HERVE

Contrairement à l'acquisition du langage ou de la marche, celle de la propreté est sujet de beaucoup de préoccupations chez les parents car c'est cette acquisition qui permettre à l'enfant d'être accepté à l'école.

Quelques précisions donc. Il est vraiment inutile et même préjudiciable de mettre l'enfant sur le pot trop tôt. Comme pour le langage ou la marche, chaque enfant a son rythme qu'il est important de respecter et chaque enfant ira bien sur le pot un jour, donc, pas de panique !

3 conditions sont nécessaires pour l'acquisition de la propreté :

- la maturité physiologique des nerfs moteurs, pour ouvrir et fermer les sphincters, et des nerfs sensitifs, pour ressentir que la vessie est pleine ou que l'intestin contient des selles . On dit que l'enfant arrive à maîtriser ses sphincters quand il sais marcher et quand il arrive à monter et descendre seul quelques marches d'un escalier en alternant les jambes. Ces acquisitions ne se font pas avant l'âge de 18 mois (voire plus tard pour les enfants qui ont marché vers 15/18 mois).

- la maturité intellectuelle : l'enfant doit avoir conscience de ce besoin d'évacuer et faire le lien entre son ressenti et le fait d'aller sur le pot; Il doit aussi être capable de communiquer avec l'adulte pour demander le pot.

- la maturité affective : l'enfant doit avoir le désir de "devenir grand". Il peut vouloir freiner cet apprentissage.

L'âge moyen pour l'acquisition de la propreté diurne (de jour) est 24/30 mois. L'enfant maîtrise d'abord le sphincter anal (selles) puis le sphincter vésical (urine) car les selles sont moins nombreuses et plus faciles à retenir. La propreté nocturne est acquise vers 3 ans. Il s'agit là de moyennes, certains enfants sont propres plus tôt, d'autres plus tard.

Publié dans Mon projet d'accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article