Les violences éducatives ordinaires

Publié le par Christel HERVE

« Pourquoi appelle-t-on cruauté le fait de frapper un animal, agression le fait de frapper un adulte et éducation le fait de frapper un enfant ? »

Anonyme

« Un enfant frappé ne cesse pas d’aimer ses parents, il cesse de s’aimer lui-même. »

Jesper Juul

« Nous ne pouvons pas nous libérer d’un mal sans l’avoir nommé et jugé comme un mal. »

Alice Miller

« Traitez vos enfants exactement comme vous voudriez que vos enfants vous traitent. »

Norm Lee

Que sont les violences éducatives ordinaires ?

Les violences éducatives ordinaires, qu’est-ce que c’est que ça ?

Les violences éducatives ordinaires (ou VEO) sont des comportements qui se veulent éducatifs mais qui sont des violences physiques, verbales et/ou psychologiques. On les dit « ordinaires » parce qu’elles sont fréquemment utilisées, elles sont tolérées et du coup, banalisées. On ne parle pas ici de la maltraitance qui est au-delà des VEO.

Les VEO regroupent les coups, les menaces, les chantages, les jugements, les dévalorisations, les isolements, les enfermements… mais aussi le fait de secouer ou projeter un enfant, le pincer, le mordre, lui tirer les cheveux ou les oreilles, le fait de l’obliger à rester dans une position qui lui ait inconfortable…

Dans son livre Oui, la nature humaine est bonne !, Olivier Maurel définit la VEO comme « l’ensemble des moyens violents qui ont été et sont utilisés, tolérés et souvent recommandés pour faire obéir et pour éduquer les enfants. (…) Pour bien situer cette forme de violence par rapport à la maltraitance, on peut se représenter la violence infligée aux enfants pour les éduquer sous la forme d’un iceberg. La maltraitance est le 1/10ème émergé de l’iceberg, celui que tout le monde voit et dénonce à grands cris et avec raison. La violence éducative, ce sont les 9/10ème immergés. C’est-à-dire les formes de violences qui sont considérées comme si normales et si bénéfiques que personne n’y fait attention et qu’on les conseille aux jeunes parents. »

Quelques chiffres sur les VEO

Alors voyons aussi ensemble quelques chiffres. Je suis sûre que vous n’en croirez pas vos yeux et penserez même que j’écris n’importe quoi ! Et pourtant, il n’en est rien !

En France, d’après un sondage TNS Sofres de 1999, 84% des parents interrogés frappent leurs enfants (33% frappent rarement, 51% frappent souvent et 16% ne frappent jamais).

Dans le monde, environ 85 à 95% des parents ont recours aux VEO sur leurs enfants.

Et voici le pire : en France, chaque jour, 2 enfants meurent sous les coups de leurs parents. Oui, vous avez bien lu, il n’y a pas d’erreur de frappe : en France chaque jour, 2 enfants meurent sous les coups de leurs parents ! Et encore, ce chiffre de l’Inserm serait sous évalué, en réalité, il s’agirait plutôt de 3 enfants par jour !

En Suède, premier pays au monde a avoir voté une loi interdisant les châtiments corporels (en 1979), le nombre d’enfants tués est inférieur à 4 par an (chiffre qui date de 2000, aujourd’hui, il serait de 0 à 1 enfant par an).

http://www.inserm.fr/espace-journalistes/enfants-maltraites.-les-chiffres-et-leur-base-juridique-en-france

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Maltraitance-des-enfants-ce-qu-il-reste-a-faire-apres-l-affaire-Marina-2013-04-11-941067

http://www.20minutes.fr/societe/1257979-20131202-20131202-phenomene-linfanticide-pourrait-etre-completement-sous-evalue-france

http://www.oveo.org/suede-linterdiction-des-chatiments-corporels-naccroit-pas-la-maltraitance/

La fessée, une méthode éducative ?

Soyons logique, dans la mesure où plus de 80% des parents frappent leurs enfants, s’il s’agissait là d’une méthode éducative vraiment efficace, alors les enfants français seraient tous très bien élevés. Or, environ 74% des adultes trouvent que les enfants sont mal-élevés ! (http://www.lexpress.fr/actualite/societe/pour-3-francais-sur-4-les-enfants-sont-moins-bien-eleves-qu-a-leur-epoque_1656534.html). Donc plus on frappe les enfants, plus ils sont mal-élevés ! Ca, c’est un argument de poids (avec des chiffres) à dire à ceux qui sont pro-fessées !

Autre argument : nous le savons aujourd’hui, les enfants apprennent en imitant les adultes. Imaginez donc la scène : un adulte exaspéré parce que son enfant de 3 ans ne lui obéit pas lui donne une fessée. Quels messages a-t-il enseigné à son enfant :

  • Frapper est autorisé
  • Frapper plus petit ou plus faible que soit est autorisé
  • Quand on veut obtenir quelque chose de quelqu’un, on a le droit de le frapper
  • D'après Olivier Maurel, l'enfant frappé obéit par peur des coups : c'est sa première première expérience de la lâcheté. Souvent, il recommence à la première occasion, mais en cachette : première expérience de l'hypocrisie. Enfin, il peut prendre plaisir à défier ses parents : première expérience de la provocation.

Ce sont vraiment ça, les messages que nous voulons transmettre à nos enfants ? Je ne crois pas !

Comme le dit Olivier Maurel dans La fessée - Questions sur la violence éducative, « Le principe d’une éducation sans violence tient en 3 mots : respecter l’enfant. La mise en pratique de ce respect est aussi très simple à définir : traiter l’enfant comme nous voudrions qu’il nous traite. »

De plus en plus d’études font le lien entre les violences subies durant l’enfance et la violence une fois devenu adulte. Si vous prêtez un peu d’attention à l’enfance des plus grands criminels ou meurtriers, vous remarquerez qu’ils ont tous un point commun : ils ont tous été élevés dans une très grande violence.

Alors évidemment, le fait de recevoir une fessée ne va faire de votre enfant un futur terroriste, mais il est quand même important de mettre un terme aux idées reçues comme quoi la violence d’aujourd’hui est due au manque d’autorité ou au laxisme des parents !

Pour savoir comment éduquer nos enfants sans les frapper, vous pouvez vous référer à mes articles sur les alternatives aux punitions, ça marche aussi pour les VEO.

http://www.christelassmatguignen.com/2015/12/les-effets-nocifs-des-punitions.html

http://www.christelassmatguignen.com/2016/01/alternatives-aux-punitions-utiliser-les-consequences.html

http://www.christelassmatguignen.com/2015/12/alternatives-aux-punitions-repondre-aux-besoins-des-enfants.html

http://www.christelassmatguignen.com/2016/02/alternatives-aux-punitions-la-resolution-de-conflits-sans-perdant.html

http://www.christelassmatguignen.com/2015/12/alternatives-aux-punitions-exprimer-nos-besoins-et-sentiments.html

http://www.christelassmatguignen.com/2016/01/alternatives-aux-punitions-connaitre-les-phases-de-developpement-de-l-enfant.html

http://www.christelassmatguignen.com/2016/03/susciter-la-cooperation-de-l-enfant-les-habiletes-de-faber-mazlish.html

Dans d'autres articles, je reviendrai sur les VEO, notamment pour expliquer pourquoi il est si difficile de ne pas frapper nos enfants, quels sonts les effets des VEO sur les enfants et que répondre aux "arguments" des "pro-fessées".

Pour aller plus loin, voici quelques livres et sites internet :

La fessée - Questions sur la violence éducative d'Olivier Maurel

Oui, la nature humaine est bonne ! d'Olivier Maurel

La Violence educative : un trou noir dans les sciences humaines d'Olivier Maurel

Pour une enfance heureuse : repenser l'éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau de Catherine Gueguen

Agathe et la fessée de Catherine Dumonteil-Kremer

Une nouvelle autorité sans punition ni fessée de Catherine Dumonteil-Kremer

C'est pour ton bien : Racines de la violence dans l'éducation de l'enfant d'Alice Miller

Le site Internet de l'OVEO, créé par Olivier Maurel : http://www.oveo.org/

Le site Internet d'Alice Miller : http://www.alice-miller.com/

Le film de Marion Cuerq (une Française installée en Suède depuis plusieurs années) sur l'éducation en Suède "Si j'aurais su... je serais né en Suède !" visible gratuitement sur le site de l'OVEO (une suite est en cours de préparation) : http://www.oveo.org/si-jaurais-su-je-serais-ne-en-suede/

Le site "Fondation pour l'enfance" : https://youtu.be/72_i3SJbuhQ

La campagne de publicité contre les gifles :

Commenter cet article

Marie LB 22/11/2016 17:11

Bonjour,

tout d'abord : merci pour ce site !! merci pour toutes les "fiches conseils" sur les alternatives à la punition, qui sont synthétiques et très bien rédigées; merci pour la quantité de liens vers des sits, ouvrages, etc permettant d'aller plus loin...bref : merci pour cet énorme boulot !! votre site est super, et je suis ravie d'y avoir trouvé de nombreuses informations à lire et à faire circuler !

J'ai juste été surprise, en revanche, d'un petit détail : en cliquant sur le lien d'un ouvrage, j'ai été déçue d'être réorientée vers le site Amazon pour l'achat de l'ouvrage en question.... cette entreprise correspond elle vraiment à un idéal de non violence, au vu du traitement qu'elle réserve à ses employés?
voilà, je suis vraiment désolée, je sens que j'ai l'airde donner une leçon, ce qui n'est vraiment pas mon intention, j'ai juste ressenti lebesoin de vous le dire : j'aurais aimé être renvoyée vers d'autres sites marchands, surement pas des anges non plus, mais "moins pires" que celui ci ?

très cordialement, je vous remercie encore pour l'énorme travail que vous avez fourni en mettant ce site à notredisposition,
Marie LB

Leonie 12/04/2016 22:17

Une VEO estampillée "Educ Nat" : l'apprentissage de la propreté en TPS. Apparemment, dans certaines écoles les enfants non continents sont acceptés MAIS... sans couche (les parents sont priés de fournir plusieurs tenues de rechange).
Donc ils se font pipi (et caca...) dessus, et on les change, mais je suppose pas trop vite (une seule ATSEM pour 20 enfants... quand tout va bien). Donc l'enfant marine dans son pipi de la ceinture aux pieds... Je suppose aussi que le change est assorti du discours "qui va bien".
Rien a voir avec le vecu d'un enfant en couches lavables...

Ce qui m'a le plus choqué est la décontraction avec laquelle les mères m'ont raconté cela, trouvant la méthode formidable car efficace : "ils sont propres en une semaine". Tu m'étonnes...

Christel HERVE 13/04/2016 19:22

"Belle" veo en effet, malheureusement, il y a aussi des parents qui "apprennent" la propreté à leurs enfants en faisant ainsi. Il y a même pire : des parents qui, une fois qu'ils se sont décidés à changer l'enfant, mettent le pantalon et la culotte souillés sur la tête de l'enfant pour "lui apprendre" ! Oui, je vous assure que j'ai lu des parents se vanter de telles pratiques !