Historique de la profession

Publié le par Christel HERVE

De l'Antiquité au 18ème siècle, l'enfant est confié à une personne qui le nourrit au sein : on parle de "nourrice", c'est la fonction alimentaire. Majoritairement, les enfants sont élevés à la campagne, au domicile de la nourrice, pendant les 2 premières années.

18ème et 19ème siècles : Début de l'ère industrielle et développement du travail des femmes entraînant l'apparition de la fonction gardiennage.

1781 : Apparition du code des nourrices : assurer aux parents le recrutement de bonnes nourrices, assurer aux nourrices un salaire régulier.

1874 : Apparition de la loi Roussel : prévention de la mortalité infantile des nourrissons placés en nourrice. Début de la surveillance médicale.

Début du 20ème siècle : Diminution de la fonction alimentaire (allaitement au sein) qui s'éteint progressivement avec la 1ère guerre mondiale.

Les enfants ne sont plus envoyés à la compagne mais gardés chez des nourrices "sèches" ou au domicile des parents.

1905 : les enfants élevés au biberon survivent autant que ceux allaités au sain.

1945 : Le terme de "nourrice" est remplacé par celui de "gardienne d'enfants" et parfois par celui "d'auxiliaire maternelle". Création des services de PMI. Apparition de la notion d'agrément. L'agrément garantit des conditions médicales et sanitaires à la garde d'enfants.

1977 : Le terme "d'assistante maternelle" se substitue aux autres. Les exigences portent sur les qualités éducatives des assistantes maternelles. Fonction éducative. Une formation est proposée.

1992 : L'assistante maternelle doit garantir : la santé, la sécurité et l'épanouissement des mineurs à accueillir. 60 heures de formation obligatoire.

2004 : Professionnalisation et reconnaissance par la réglementation du métier d'assistant maternel. Création de la convention collective nationale des assistants maternels du particulier employeur.

Publié dans Ma profession

Commenter cet article